Triste Hiver…

Toi, mon Pierro, tu me manques tellement,
Depuis ta disparrition, je fonctionne de travers.

Dans ma tête, depuis cet automne c’est déjà l’hiver,
Je sais que tu veilles sur nous, avec Maman.

 

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Merci de compléter le CAPTCHA. Vous devez recopier les chiffres dans le champs de saisie. S'il y des cases avec des dés, il faut les compter et saisir le résultat.