Triste Hiver…

Toi, mon Pierro, tu me manques tellement,
Depuis ta disparrition, je fonctionne de travers.

Dans ma tête, depuis cet automne c’est déjà l’hiver,
Je sais que tu veilles sur nous, avec Maman.

 

Facebooktwittergoogle_plusrssby feather

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *