T’as de beaux yeux, tu sais.

Je craque! Il faut que je parle de tes yeux.

Toi, tu regardais beaucoup. Combien de regards différents avais-tu exactement, Pierre?

Celui-ci, c’est un peu le tout premier, pour moi. Ce regard qui parlait, je l’ai entendu. J’ai eu le sentiment de te voir pour la première fois, ce jour-là!

Tout en rouge, avec ta grosse montre bleue, j’aime cette photo de toi, mon petit bonhomme.

Pas d’accord pour la photo. Ouh là là, j’avais merdé. Une épée, ton regard!

Quand je te rend visite, au gré de mes voyages vers toi, il ne se passe pas longtemps avant que je ne rencontre tes yeux.

Ton regard écrivait des mots sur du papier dans ma tête. Il me chantait à l’oreille.

C’était ta porte à toi. Ta porte vers le monde et la source de tes plus beaux discours!

29.1.2012 « de k »ell coulmeur sont mes yeux??? »

Des yeux vairons, j’en ai pas vu souvent. Et là, j’en avais à domicile et pas des moindres!

« On échange, Pierre? Tu me donnes ton oeil vert et je te donne un de mes yeux bleus; ils sont pas mal, eux aussi. » T’as pas voulu, traître!

Tu regardais toujours par dessus tes lunettes, j’me rappelle! Derrière, tes yeux brillaient blond. Ils restaient jeunes et frais.

So long! Les souvenirs déboulent.

Facebooktwittergoogle_plus

A notre petit ange!!

Notre peur la plus profonde n’est pas celle d’être incohérents ; notre peur la plus profonde, c’est celle d’être immensément puissants. C’est notre lumière qui nous effraie le plus, pas l’obscurité. Nous nous demandons : « qui suis-je, moi, pour être brillant, précieux, talentueux et fabuleux ? » »

-Nelson Mandela-

Tu étais un peu timide et tu te sentais bien seul, c’est sûr. Mais tu n’en étais pas transparent pour autant. Pas pour nous, mon grand. Non, sûrement pas! C’est ce qu’on dit à quelqu’un qui passe devant la télé, j’rigole.

Toi, il fallait t’apprivoiser. Je suis doué pour ça, ça tombait bien.

Enfant, tu ne pesais rien sur nos genoux, tu pouvais y rester longtemps.

Adulte, tu étais très gravement démuni; alors tu ne pouvais pas te permettre de t’aliéner les autres. Tu te vivais seul mais t’as su te lier avec ceux qui étaient là pour toi!

Tu ne demandais jamais rien, je l’ai déjà dit. Tout est à cause de cette foutue maladie! Alors, même si tu ne demandais rien, nous, on te répondait. Alors tu nous aimais mieux!

J’ai vu ce sentiment évoluer en toi. Je l’ai vu surtout envers moi. T’étais fier de notre relation, comme moi et tu m’aimais fort, comme moi!

Jpeg

Tu me parlais, alors je sais comment tu aimais les autres, qui étaient les tiens. Ton regard sur tes proches! Tu voyais juste, je trouve. « T’avais des potes comme les miens! », j’te le dis parce que ça me rend heureux!

Toi, petit ange, tu avais une empreinte douce et légère!

Vole, mon grand, vole! Plane tout là-haut, je te rejoindrai un jour.

Facebooktwittergoogle_plus

Quand t’étais mal!

Quand tu n’étais vraiment pas bien, quand tu étais recroquevillé sur le divan des jours durant,

 

Quand ça me faisait mal de te voir comme ça,

Je filais parfois dans ma chambre, j’écoutais des trucs dans ce genre. Je me chargeais en tendresse et je retournais vite la déverser sur toi. Je pleuvais sur  tes lunettes, ça guérissait tes yeux!

 

La première fois où tu m’as répondu: « Là, je suis bien. », comme je m’en souviens! J’avais anesthésié La Bête pour un moment. J’ai encore pourri tes lunettes!

« -Tu as l’air petit et fragile.

-C’est parce que je suis petit et fragile. »

T’avais le don pour répondre du tac au tac!

Facebooktwittergoogle_plus

En rentrant de la rivière!

Quand il fait chaud, on va à la rivière pour baigner le chien. C’est pas très loin, on y va à pied. C’est dans la zone industrielle. Si, si. Un petit coin de paix, frais et sauvage! J’t’assure. T’aurais dit : ça claque! J’y ai vu un martin-pêcheur today.

On y va, de temps en temps, avec Max et Lily . Lily, c’est la chienne de Max. Un boxer aux yeux doux. Pour moi, elle est plutôt mi-chien, mi-poisson, mi-castor!

Jamal et l’eau, c’est moyen, un peu comme toi. Il y va, oui. Mais je ne dirais pas qu’il nage, plutôt qu’il traverse. Lui, se baigner, c’est se coucher dans l’eau jusqu’au cou. S’il a chaud, pas de problème. Mais pas trop longtemps et une fois, c’est bien assez. Toujours un peu comme toi !

La première fois qu’on l’a emmené là-bas, il s’est jeté dans l’eau à mon appel. Il est tombé dans le trou, ça a fait Brouff! Il est remonté, affolé, à la surface avec une énorme feuille jaune sur la tête. T’aurais adoré!

Aujourd’hui, il y est allé de lui-même. Il a nagé en rond en buvant puis il est allé rejoindre Quentin sur un banc de sable au milieu. Voilà, c’est pour te dire!

Souvenirs, quand je vous emmenais vous ! Je choisissais des endroits précis, qui pouvaient avoir de la gueule, faire sauvage. Je choisissais bien mes activités. J’aurais bien aimé vous emmener dormir dans les bois. Vous auriez adoré!

Enfant ou chaton? C’est jouer, manger, dormir! Je cite Léo.

Facebooktwittergoogle_plus

Tu ne demandais jamais rien , Pierre!

Pierre ne demandait jamais rien. Ceux qui se sont préoccupés de lui savent ça!

Hier, quelqu’un qui l’a connu enfant m’a dit un truc. Elle m’a dit: « Pierre, il était tout amour! »

« -Pierre, tu as des droits sur moi. Qu’est-ce que tu veux de moi?

– Je veux que tu m’aides à combattre l’angoisse, que tu me réconfortes et que tu t’occupes de moi! »

Je crois que ça dit tout, qu’on se disait tout. Pas d’ombre entre lui et moi!

La phrase à la con: « T’es venu,t’as vécu, t’as appris , tu n’avais qu’une seule chose à faire. Et t’as pas été foutu de la faire! »

-Avec roger_

J’y suis pas arrivé. J’me sens plutôt lavette, encore aujourd’hui. Je ne te demande pas pardon, je n’en ai pas besoin. Je te connais, tu ne m’en veux pas!

Facebooktwittergoogle_plus

Phrase à la con n°1

Il s’en passe des trucs dans ma tête. C’est un merdier là-dedans et ça chauffe!

10.02.2012 _a fait chaud !!!!!

Si tu étais resté, tu aurais 28 ans bien tassés aujourd’hui. Sûrement un peu plus de bide. Tu aurais aussi moins de tifs. Oui, même toi, avec tes coupes « à la Poule »!

29.1.2012  » mai ou est le coiffeur???? « 

Je te trouvais beau comme tout. Je te l’ai dit un demi-million de fois . Tu ne répondais jamais. Sauf la dernière fois! Tu m’as regardé d’un coin de ton oeil ( le coup spécial Pierro, pour ceux qui connaissent!), tu m’as souri et tu m’as dit: « merci ». T’étais beau!

La phrase à la con: « Bon, on a bien rigolé. Maintenant, ça suffit. Rendez moi Pierre! »

Facebooktwittergoogle_plus

En mode chevaleresque!

Quand je t’écris, ça me prend souvent d’un coup, comme là. Je ne sais pas trop ce que je vais dire. J’ai  juste une phrase dans la tête, une idée que je veux habiller. Et puis, ça s’écrit presque tout seul. Et, comme là, ça va vite! Pour ce que ça vaut, baste!

Au moyen-âge,

Les derniers temps, tu aurais probablement pu passer pour mon écuyer. Un écuyer m’accompagnant dans mes voyages.

Mais, c’était pas du tout ça. Tu étais mon prince!

Pas genre: « Oui, mon jeune prince, il en sera fait comme vous le voulez. » Mais quand même!

Je te devais en premier lieu assistance et protection. Je l’ai fait. Je devais combattre tes ennemis, du moindre jusqu’à La Bête. Je l’ai fait. Je devais me préoccuper de ton bien-être. Je l’ai fait.

Je ne t’ai pas juré allégeance, il n’y a pas eu de cérémonie. Mais, j’étais à ton service. Tu étais mon prince. Cqfd!

Bien sûr, ça ne ne se passait pas vraiment comme ça. Mais ça y ressemble un peu.

Repose toi, maintenant. Repose toi, mon p’tit prince!

Facebooktwittergoogle_plus

Avant, je ne te connaissais pas.

Il fut un temps où j’aurais pu dire à quelqu’un: « Attaches toi, mais pas trop! »

Je ressens bien les nuances du lien qui m’attache aux autres. De la part la plus pure à la plus regrettable! C’est quelque chose que je cultive.

De même, je me fais un portait de l’autre et je le regarde retoucher le tableau.

Ta façon de peindre, à toi, c’était quelque chose! Un peu fouillis, c’est sûr, mais y avait de la couleur! Du contraste, plein de trucs que je ne connaissais pas, de l’allant!

C’est pour des choses comme ça que je dis qu’une personne est toujours plus large qu’elle n’en a l’air.

Facebooktwittergoogle_plus

A mon ami, à mon frère!

Esteem and Respect!

La première fois que j’ai su que j’avais de l’estime pour toi, c’est un jour où, pour une raison ou une autre, je me suis senti fier de toi. Bien sûr, ça m’a fait chaud. Mais j’avais plutôt, cette fois, un sentiment d’égalité entre nous. Comme avec un de mes pairs! Là, j’ai su, sans le moindre doute, que j’avais de l’estime pour toi! Je sais la sensation que ça fait.

Alors, mon grand, si tu permets,

« Respect, Pierre. Respect! »

Facebooktwittergoogle_plus