Il n’ a jamais disparu!




Ce petit cœur en souffrance,
Au fond d’un gamin perdu,
A peine sorti de l’enfance
Et qui dit: Je n’en peux plus!

Ce petit homme qui s’épanche,
J’en suis addict convaincu.
C’est au soleil du dimanche,
Qu’ensemble, nous avons vécu.

Cet oisillon qui calanche,
Sans jamais avoir déçu,
Je le rejoins, en nuit-blanche.
Il n’a jamais disparu!

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Merci de compléter le CAPTCHA. Vous devez recopier les chiffres dans le champs de saisie. S'il y des cases avec des dés, il faut les compter et saisir le résultat.