Au Fond des Bois!

Je suis retourné, cet été, à l’étang  où j’allais quand j’étais gosse, le coeur de mon domaine d’enfant.

Pas de bruits d’humains, pas d’humains, que des bestioles et l’étang. Un moment de paix terrible!

                                J’aurais aimé te dire: « Tiens. Je te donne tout ça, c’est à toi. »

 Je t’ai vu, pendant un moment, allongé de l’autre côté de l’arbre, machonnant un brin d’herbe. On serait restés là jusqu’à la tombée de la nuit, c’est probable.

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Merci de compléter le CAPTCHA. Vous devez recopier les chiffres dans le champs de saisie. S'il y des cases avec des dés, il faut les compter et saisir le résultat.