Lettre à Pierre n°4

On me dit que, là où tu es, tu ne souffres plus. Cela ne prend pas! Je sais bien que c’est foutu. Moi, je dirais tout bonnement que tu n’es plus.

Pourtant!

Certains soirs, j’ai l’impression que t’es là, avec moi.

J’aime à te parler. Et, c’est cool, j’ai toujours l’impression qu’on discute, que tu m’entends.  On continue, on suit le vent! T’en dis quoi, Pierre? T’en dis quoi, mon grand?

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de compléter le CAPTCHA. Vous devez recopier les chiffres dans le champs de saisie. S'il y des cases avec des dés, il faut les compter et saisir le résultat.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.