Un oisillon fragile!

Ne pas t’avoir vu t’éloigner, construire ailleurs un autre nid.

Ne pas t’avoir vu passer de temps en temps, tout entier à ta nouvelle vie.

T’avoir vu rentrer démuni au bercail, alors que tu voulais voler.

Cette vie d’homme que je ne te verrai vivre, jamais!

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Merci de compléter le CAPTCHA. Vous devez recopier les chiffres dans le champs de saisie. S'il y des cases avec des dés, il faut les compter et saisir le résultat.