Un souvenir donné au vent!

Je me souviens qu’à la mort de ma mère, pour déménager son appartement, Mathieu est venu m’aider. Il est venu avec ses petits frères.

Dans ses petits frères, il y avait Pierre. Bon dieu, comme il a bossé! Il était venu pour aider. Il était tout petit, mon bonhomme. Mais là, il a donné!

En vrai petit homme qu’il était, il s’attaquait aux armoires, à la machine à laver. Pour les combats, il était là, Pierre! Il s’est vite retrouvé chef de chantier! Il était tellement dans nos pattes, qu’on avait peur de l’abîmer.

Il n’y a que quand on a fini le chantier, que c’était dit, qu’il a recommencé à respirer. A respirer et à déconner!

J’ai, moi, mon petit gars, des raisons à te remercier!

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Merci de compléter le CAPTCHA. Vous devez recopier les chiffres dans le champs de saisie. S'il y des cases avec des dés, il faut les compter et saisir le résultat.