You stand by my side!



Quand je rêve de t’adresser
Autre chose que des larmiches,
Ta photo, au mur collée,
Me regarde et me rend riche.

Je plonge dans tes yeux dorés,
Je me dis qu’on a du bol :
On peut encore échanger,
Sans tremper dans le formol!

Tu dis que le cœur de Pierre
Est resté à mes côtés.
Alors, pour te satisfaire,
Je vais cesser de pleurer.

Puisque ton geste fatal
M’a semblé nous séparer,
Je devais regarder mal,
Ou bien du mauvais côté.

Quand je t’imagine ici,
Tu te magnes de rappliquer.
On rigole de mes conneries,
Je vais nous faire un café!

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Merci de compléter le CAPTCHA. Vous devez recopier les chiffres dans le champs de saisie. S'il y des cases avec des dés, il faut les compter et saisir le résultat.