En mode chevaleresque!

Quand je t’écris, ça me prend souvent d’un coup, comme là. Je ne sais pas trop ce que je vais dire. J’ai  juste une phrase dans la tête, une idée que je veux habiller. Et puis, ça s’écrit presque tout seul. Et, comme là, ça va vite! Pour ce que ça vaut, baste!

Au moyen-âge,

Les derniers temps, tu aurais probablement pu passer pour mon écuyer. Un écuyer m’accompagnant dans mes voyages.

Mais, c’était pas du tout ça. Tu étais mon prince!

Pas genre: « Oui, mon jeune prince, il en sera fait comme vous le voulez. » Mais quand même!

Je te devais en premier lieu assistance et protection. Je l’ai fait. Je devais combattre tes ennemis, du moindre jusqu’à La Bête. Je l’ai fait. Je devais me préoccuper de ton bien-être. Je l’ai fait.

Je ne t’ai pas juré allégeance, il n’y a pas eu de cérémonie. Mais, j’étais à ton service. Tu étais mon prince. Cqfd!

Bien sûr, ça ne ne se passait pas vraiment comme ça. Mais ça y ressemble un peu.

Repose toi, maintenant. Repose toi, mon p’tit prince!

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de compléter le CAPTCHA. Vous devez recopier les chiffres dans le champs de saisie. S'il y des cases avec des dés, il faut les compter et saisir le résultat.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.