T’as de beaux yeux, tu sais.

Je craque! Il faut que je parle de tes yeux.

Toi, tu regardais beaucoup. Combien de regards différents avais-tu exactement, Pierre?

Eh? Sur la photo, son oeil droit. Là, c’est sûr, c’est un reptilien!

Celui-ci, c’est un peu le tout premier pour moi. Ce regard qui parlait, je l’ai entendu. J’ai eu le sentiment de te voir pour la première fois, ce jour là!

Tout en rouge, avec ta grosse montre bleue, j’aime cette photo de toi, mon petit bonhomme.

Pas d’accord pour la photo. Ouh là là, j’avais merdé. Une épée, ton regard!

Quand je te rend visite, au gré de mes voyages vers toi, il ne se passe pas longtemps avant que je ne rencontre tes yeux.

Ton regard écrivait des mots sur du papier dans ma tête. Il chantait à mon oreille.

C’était ta porte à toi. Ta porte vers le monde et la source de tes plus beaux discours!

29.1.2012 « de k »ell coulmeur sont mes yeux??? »

Des yeux vairons, j’en ai pas vu souvent. Et là, j’en avais à domicile et pas des moches!

« On échange, Pierre? Tu me donnes ton oeil vert et je te donne un de mes yeux bleus; ils sont pas mal, eux aussi. » T’as pas voulu, traître!

Tu regardais toujours par dessus tes lunettes, j’me rappelle! Derrière, tes yeux brillaient blond. Ils restaient jeunes et frais.

So long! Les souvenirs déboulent.

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Merci de compléter le CAPTCHA. Vous devez recopier les chiffres dans le champs de saisie. S'il y des cases avec des dés, il faut les compter et saisir le résultat.