Lettre à Pierre, n°8 !



A être autant entré dans ta tête,
Je vivais parfois ce que tu vivais.

En beaucoup moins fort, bien sûr!

Et ma grande certitude de ne voir que le sommet de l’iceberg!
Elle me faisait transpirer d’une trouille, démente et accélérée.

Du reste, du reste, je n’avais plus grand chose à foutre.
Je le défendais, mon petit, et ça, tu l’avais bien compris!

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Merci de compléter le CAPTCHA. Vous devez recopier les chiffres dans le champs de saisie. S'il y des cases avec des dés, il faut les compter et saisir le résultat.