Se baquer!

Pierre qui vient se baquer, c’est quelque chose de rare!

Ce soir-là, dans une rivière sauvage, il a dit ok.
On a parlé de la lune, du vent et du silence.
Je suis parti nager, doucement, un peu plus au large.
J’ai fait un peu la planche, en regardant les étoiles.

Je savais que tu étais déjà sorti, enroulé dans ta serviette.
En train de trembler! Gamin, c’était comme ça, déjà.

Je savais que je te trouverais comme ça, en sortant de l’eau.
J’allais sûrement te dire un truc dans ce genre-là :
« Sèche-toi donc, niguedouille. Je prie pour que tu tombes, en mettant tes chaussettes! »

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Merci de compléter le CAPTCHA. Vous devez recopier les chiffres dans le champs de saisie. S'il y des cases avec des dés, il faut les compter et saisir le résultat.