Vestiges!


La sonnette, au portail, fait un bruit de grelot fatigué.
On traverse d’abord un jardin en friche, des chaises tombées.
Couché sur le ventre, dans l’herbe riche, un vieux râteau.
Un vieux chien monte une veille d’apparence puis s’endort.
Un mot me vient à la bouche, devant le tableau, Vestiges!

Je suis venu voir l’ancien. Je viens pour rencontrer notre aîné.
Il était bon samaritain, avant que le mal ne le fige, en entier.
J’ai des nouvelles neuves pour lui, des nouvelles de la vie.
Je porte, dans mes bras, mon petit. Je viens le lui présenter.
J’espère qu’il viendra nous ouvrir l’entrée, comme autrefois!

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Merci de compléter le CAPTCHA. Vous devez recopier les chiffres dans le champs de saisie. S'il y des cases avec des dés, il faut les compter et saisir le résultat.